"VACCINS": RÉCAPITULONS

Certains d’entre vous m’ont reproché d’avoir été un peu trop long dans ma dernière lettre. Je vais donc aller à l’essentiel.

Selon le président du conseil scientifique, Jean François DELFRAISSI : ce « vaccin est très particulier… c’est un vaccin médicament ». Je vais donc par la suite, continuer à dénommer ces injections : vaxxins pour ne pas-qu’on les confondent avec les vrais vaccins que nous connaissons.

 

                        VAXXINS : LES AVANTAGES

 

Dans ma dernière lettre nous avons vu que ces vaxxins n’empêchent pas d’être contaminé, d’attraper la maladie, de la transmettre et que :

 

Avec le variant OMICRON plus on est vaxxiné plus on est susceptible d’attraper le virus.

 

Le seul avantage qui resterait, serait la protection contre les formes sévères et graves. Cela a été probablement vrai jusqu’au variant DELTA avec une efficacité de 50 % au mieux.

Je parle au conditionnel car je suis très étonné de voir que le nombre de décès aujourd’hui est à peu près le même que celui que nous avions en janvier 2020 alors que nous avions un variant bien plus létal et un taux de vaxxination nul.

Les morts de la COVID sont-ils vraiment majoritairement non vaxxinés ? En France aucune statistique sérieuse n’existe, il est impossible de connaître le statut vaxxinal des personnes qui décèdent. Au Royaume-Uni, c’est différent ces statistiques sont publiées avec beaucoup de transparence :

Par exemple, le Daily Exposé (réf 1) reprend ces données et montre que le vaxxin augmenterait le nombre de formes graves :

En Écosse, dans la période allant du 11/12 au 7/1/22 ( OMICRON?), le vaxxin aurait une efficacité négative : il déclencherait plus de contaminations, plus d’hospitalisations et plus de décès dans la population vaxxinée.

 

 

 

                        VAXXIN : LES RISQUES

 

3 sortes de risques sont possibles suite à la vaxxination :

 

          risque n° 1 : la vaxxination déclenche des COVID et une vague de décès qui n’auraient pas eu lieu si les personnes n’avaient pas été vaxxinées

 

A chaque campagne de vaccination, on observe une augmentation de la maladie et de la mortalité dans les semaines qui suivent la vaxxination. C’est vrai dans presque tous les pays. 2 exemples :

                    Monaco (réf 2) :

 

au 31/12/2020 la COVID n’a fait que 3 morts depuis le début de l’épidémie en 9 mois

Janvier 2021 : début de la campagne de vaxxination

au 28/2/2021 : 24 morts soit en 2 mois 8 fois plus que pendant les 9 mois précédents

 

                     Israël :

Voir le graphique ci-dessous ou j’ai fait apparaître le début de chaque campagne vaxxinale :

Chaque campagne vaccinale provoque une augmentation des décès COVID dans les semaines qui suivent la vaxxination. Israël après avoir démarré la 4ième dose au 1/1/2022, vient de l’arrêter. Rien d’étonnant.

En France nous sommes en pleine campagne pour la 3ième dose, voilà ce qui pourrait expliquer le nombre élevé de morts du COVID au mois de janvier.

Attention :

     - pendant au moins 3 semaines après la première dose et 2 semaines après les autres, les personnes malades sont considérées comme non vaxxinées

     - Tous ces décès sont déclarés : décès COVID. Ils ne sont pas attribués au vaxxin même si la maladie a été provoquée par le vaxxin. plus de détails sur ce phénomène de surmortalité post-vaccinale, voir la vidéo du professeur Raoult (Réf 2).

 

 

                 Risque n° 2 : les effets indésirables des vaxxins

 

 

            LE SUJET EST TABOU IL EST IMPOSSIBLE D’EN PARLER

 

mais cela commence à se savoir :

 

Les vaxxins ont provoqué probablement plus de 200 000 morts déclarés dans le monde (Réf 4) !

Aux Etats Unis, Steeve KIRCH constatait déjà, en juin 2021 que ces vaxxins avaient provoqué en 6 mois plus de morts et d’effets indésirables que l’ensemble des 70 vaccins en 30 ans (réf 8).

J’en ai maintes fois parlé dans mes lettres et surtout dans la dernière.

             Le nombre d’incidents et de décès déclarés est hors norme.

 

Au 15 janvier 2022, en Europe nous en sommes à :

 

                             37 297 morts et 3 392 632 effets déclarés

 

Même si nous n’avons pas la preuve que tous ces effets suspectés sont causés par le vaxxin, nous devons tenir compte qu’ils sont largement sous déclarés : il faut appliquer aux nombre de déclarations un facteur 10 au minimum si on veut s’approcher de la réalité. Je vous laisse regarder la liste des 27 catégories d’effets indésirables dans ce document (réf 5).

 

Je terminerai ce paragraphe en commentant les courbes de surmortalités toutes causes observées en Europe (Réf 6).

On observe que pour toutes les tranches d’age entre 15 ans et 74 ans il y a plus de morts en 2021 l’année du vaxxin, qu’en 2020.

Voici ce que donne ces courbes pour la tranche d’âge des 15-44 ans :

 

 

en jaune : surmortalité 2019, en gris : surmortalité 2020, en bleu surmortalité 2021

Dans cette tranche d’age voici les chiffres :

 

  • année

    2019

    2020

    2021

    surmortalités

    660

    2 857

    6 278

 

En 2021, il y a eu 6 278 – 2 857 = 3 421 morts de plus qu’en 2020.

On voit très bien sur les courbes que la mortalité a décollé à partir du moment où la vaxxination a commencé dans cette tranche d’age.

L’examen des surmortalités européennes a fait l’objet d’une étude par le professeur Patrick MEYER de l’université de LIÈGE (Réf 7).

 

 

                   Risque n° 3 : les effets à moyen et long terme et la détérioration de notre système immunitaire par des injections répétées.

 

Parmi les effets secondaires à moyen ou long terme que l’on ne connaît pas encore et que la « science » ne s’est pas donnée le moyen de mesurer, la détérioration de notre système immunitaire est probablement l’un des plus inquiétant.

Les risques n°1 et n°2 touchent un nombre limité de personnes vaxxinées, là c’est potentiellement toutes les personnes vaxxinées qui peuvent être touchées.

Je rappelle que notre système immunitaire est notre meilleur allié pour lutter contre toutes les maladies dégénératives et les agressions externes. L’affaiblir pourrait aboutir à une catastrophe sanitaire sans précédent.

Nombreuses sont les alertes qui sont données à ce sujet dont celles de l’OMS et de l’Agence Européenne du médicament.

 

 

                                  CONCLUSION

 

La propagande nous répète en boucle : « un vaccin sûr et efficace »

 

              Efficace ?

 

En France, ce mois-ci, la COVID a continué de faire une moyenne de 300 morts par jour avec 90 % de personnes éligibles vaxxinées ! On sait maintenant qu’il ne protège pas de la contamination, de la maladie et, avec le variant OMICRON, il ne protégerait même pas des formes graves, son efficacité serait même négative.

 

                 Sûr ?

 

Si l’on ajoute les surplus de décès COVID observés dans les 2 semaines suivant les campagnes de vaxxination aux décès et effets indésirables hors normes déclarés dans les systèmes de pharmacovigilance du monde entier on peut dire sans crainte de se tromper, que ce vaxxin est de très loin, le plus dangereux de l’histoire de tous les vaccins.

 

Aujourd’hui, avec le variant OMICRON, il n’y a plus de justification sanitaire à imposer ce vaxxin. Certains pays voisins l’ont compris (Angleterre, Irlande, Espagne...). Même Israël a stoppé la quatrième dose !

 

Jusqu’à présent on nous a caché la dangerosité de ces injections, elle finira bientôt par apparaître au grand jour car la vérité finit toujours par gagner.

 

En attendant nous faisons encore partie de ces pays avec l’Allemagne, l’Italie, l’Autriche qui imposent des politiques d’extorsion du consentement à leurs citoyens. Jusqu’à présent, cela n’a pas posé de problèmes majeurs car la majorité de nos concitoyens s’imagine encore que ces vaxxins sont aussi sécure que les vaccins habituels. Cette croyance ne peut pas durer longtemps et ceux qui se sont fait vaxxiner en confiance se rendront bientôt compte qu’il va falloir choisir entre :

 

prendre des risques insensés pour sa santé ou être soumis à des restrictions.

 

Pour certains dont je fais partie, ces restrictions sont aisément supportables. Pour d’autres qui se voient privés de revenus sans aucune justification sanitaire la situation est inhumaine et s’apparente à un véritable viol.

 

En attendant, notre gouvernement continue de durcir ses positions :

            - Maintenant, si vous avez eu la maladie, la durée de validité de votre passe vaccinal va passer de 6 mois à 4 mois. En Suisse la durée de validité du pass est pourtant de 12 mois !

            - Maintenant pour vaxxiner les tous petits, le consentement des 2 parents n’est plus nécessaire un seul suffit !

            - Notre académie de médecine vient de trouver des arguments pour justifier la vaxxination de ces tous petits. En Suède elle vient d’être interdite.

 

Toutes ces brimades sans justifications sont certes déprimantes mais ne constituent pas forcément des mauvaises nouvelles. Nos gouvernants deviennent de plus en plus fous et cela commence à se voir.

Il y a donc des raisons d’espérer et comme nous sommes le dernier jour du mois, je peux encore vous souhaiter une bonne année.

Aux vœux de courage que je vous avais déjà transmis j’ajouterai la force et la confiance en reprenant les vœux que j’ai reçus de la part d’un couple d’amis Yogis que j'aime bien.

 

                                                       Christian TORRELL

                                                        le 31 janvier 2022

 

Nul ne sait les surprises de cette troisième année de perturbation sanitaire et surtout sociétale.

 

 

afin de semer Paix et Concorde

 

 

dans ce monde pourtant si beau

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© gite de Marbois